Eurasier

L’histoire d’amour d’Eurasia… Déjà 30 ans de passion pour l’Eurasier.

Mr Eurasia Star Tully King

 

L’Eurasier est un chien très proche de sa famille humaine et qui aime partager sa vie quotidienne en participant aux activités familiales (ballades, voiture, visites, etc). Même si, à la base, ce n’est pas un chien de travail; lorsqu’un Eurasier crée un lien positif avec son humain, il peut devenir un excellent partenaire en sports canins. Par contre, son côté réservé envers les étrangers fait que je ne recommande pas l’Eurasier comme chien d’assistance ou de zoothérapie. Rares sont les Eurasiers qui pourront réellement faire ce type de travail quotidien, sans risque à moyen ou long terme.

L’Eurasier est souvent considéré comme un chien têtu et indépendant par ceux qui ne comprennent pas que, dans les faits, l’Eurasier est un chien de type primitif dont l’instinct de garde (méfiance) prédomine, ce qui explique sa réserve naturelle envers les étrangers et une certaine indépendance… L’étiquette de chien têtu ou difficile lui est donnée par ceux qui ne connaissent pas la race. Avec un chien primitif, développer un lien devient essentiel. L’Eurasier apprend rapidement et est facile à éduquer, mais il ne deviendra jamais un chien de cirque. La servilité pour lui, il n’en est pas question!

On peut lire sur plusieurs sites web que l’Eurasier est un chien de famille idéal. Oui, il est idéal pour ceux et celles qui aiment la race.

Pour devenir un chien équilibré, le chiot Eurasier exige une bonne socialisation tout au long de sa première année de vie.

Un Eurasier équilibré avertit par ses aboiements, mais ne mord pas et ne démontre pas de peur excessive. Certains sujets peuvent développer un niveau d’anxiété assez élevé, d’où l’importance de bien socialiser, habituer, éduquer le chiot en utilisant le renforcement positif pour lui faire rencontrer des gens, des animaux, et lui apprendre à gérer la solitude.

Un Eurasier ne se dresse pas, il s’éduque…

Eurasia Jar-Jar Mr Pacha

 

Originaire d’Allemagne et créé strictement pour la compagnie dans les années 1960′, l’Eurasier demeure réservé envers les étrangers et, tout comme sont ancêtre ChowChow, il demande un excellent travail de socialisation pour en faire un chien équilibré à l’âge adulte. De son ancêtre Samoyède, il a hérité d’une tendance naturelle à développer de l’anxiété et il a donc besoin de stabilité.

Le fondateur de la race, Julius Wipfel, croisa des mâles ChowChow avec des femelles Keeshond (SpitzLoup) dans le but d’obtenir un chien de compagnie amical et affectueux avec sa famille, tout en restant réservé envers les étrangers. Afin d’améliorer l’élégance du chien et son caractère, Julius Wipfel croisa ensuite les descendants femelles WolfChow avec un mâle Samoyède du nom de Cito v Pol.

Dans son travail de sélection, Julius Wipfel retirait systématiquement de la reproduction tous les chiens trop léger de type spitz (renard), ainsi que tous les lourdeaux de type ChowChow (ours), ne gardant que le type loup pour la reproduction. Alors que l’Eurasier dépassait rarement les 60 livres, on en retrouve aujourd’hui qui font plus de 70 livres!!!! Pour moi, il s’agit du résultat d’un non respect des buts et objectifs de Julius Wipfel lorsqu’il créa la race, ainsi qu’un non respect du standard de la race.

Eurasia Padmé Amidala Tsuki CGN

 

D’abord reconnu par l’Union Cynologique Internationale (UCI), l’Eurasier fut ensuite reconnu en 1973 par la Fédération Cynologique Internationale (FCI). Ce n’est qu’en 1979 que le standard de la race Eurasier fut modifié et que certaines couleurs furent retirées et considérées comme des fautes (blanc, pinto/panaché, chocolat/brun). De ce fait, certains éleveurs contre ce changement décidèrent de continuer l’élevage sous le UCI. C’est pour cette raison qu’en Europe, particulièrement en Allemagne, des éleveurs sont pointés du doigt sous prétexte que leurs chiens ne seraient pas de vrais Eurasiers, parce qu’ils sont enregistrés au UCI et non à la FCI.

Au Canada, la race fut reconnue en 1995 par le Club Canin Canadien (CKC) et fut malheureusement inscrite dans le groupe 3 des chiens de travail, alors qu’en fait l’Eurasier aurait dû être inscrit dans le groupe des chiens d’agrément avec le ChowChow et le Keeshond, puisque la race fut créée essentiellement pour la compagnie.

Aux États-Unis, la race n’est pas encore reconnue et est inscrite dans le Foundation Stock Services (FSD) du American Kennel Club (AKC). À noter que le père de la première portée Eurasier née aux États-Unis fut mon tout premier mâle importé de France : Newton des Chevaloupsgreg.

Newton des Chevaloupsgreg fut mon 1er mâle Eurasier de reproduction

 

Je suis très fière aussi d’être l’éleveur de la toute première Eurasier ayant obtenu un titre aux États-Unis de Champion en conformation, ARBA1 Classictouch Alexia of Eurasia (dit Alex), ainsi que du tout premier Eurasier ayant obtenu un titre en obéissance et en agilité, Balzach of Eurasia UDX (dit Zach), sans oublier Eurasia Star Roxy (Eurasia Kestrel dit Kessi) la première Eurasier ayant obtenu un titre en détection d’odeur et en sports ratiers. 

Alex (Eurasier)
Zach (Eurasier)
Kessi (Eurasier)

 

Poil : Son entretien est facile. Un brossage par semaine suffit à maintenir sa robe exempt de noeuds et à retirer le poil mort. Sa robe est constituée d’un poil de couverture mi-long et d’un sous-poil laineux, qui mue 2 fois par année. Lors de la mue, un brossage quotidien s’impose. Ne jamais raser, car sa peau ne le protège pas du soleil!

Couleurs : Fauve, Sable (incluant sable-loup), Noir, Noir & Feu, Crème

Taille : 48cm à 60cm
Taille idéale pour la reproduction selon le standard FCI :  Mâle 56cm Femelle 52cm

Poids : 15 à 28kg
Poids idéal : Mâle 26kg Femelle 22kg

Un Eurasier ne doit jamais paraître lourd. Ce serait une grave faute selon l’idéologie allemande.
La femelle doit être féminine! Au premier regard, on doit savoir si c’est un mâle ou une femelle.

L’histoire d’Eurasia commence en 1991, avec la toute première Eurasier connue en Amérique du Nord qui est entré dans ma vie à l’âge de 3 mois. Shaggy m’a permis de développer une réelle passion pour la race. Elle m’a aussi enseigné que l’éducation d’un Eurasier devait se faire en douceur et que les méthodes préconisées des années 1980′ d’obéissance classique devaient évoluer. Avec son aide, j’ai donc changé mon approche au niveau de mon métier d’éducateur canin et d‘ intervenant en comportement canin.

Eurasier
Newton & Shaggy

Shaggy, malheureusement atteinte de luxation patellaire grade 2/3, ne fut jamais reproduite. Mon premier vrai couple de reproducteurs fut Int Eur Lux CH Isba et Newton des Chevaloupsgreg.

Merci à mon amie et premier mentor en élevage de l’Eurasier, Véronique Valy pour son aide dans mes débuts. Merci aussi à Helga Casper et Annelie Feder du EKW allemand, ainsi qu’à Monika Gurrhmann du KZG allemand, qui m’ont aidé à réellement comprendre l’Eurasier et à interpréter le standard de la race correctement.

Merci aux nombreux juges FCI qui, lors des expositions de la Fédération Canine du Canada, ont évalué mes chiens et leur ont décerné de nombreux CACS et titres de Champion Canadien FCC. Vos commentaires m’ont permis de mieux juger mes chiens et d’améliorer mon programme d’élevage et ma lignée.

Je vous invite à lire les articles du blog et en particulier celui-ci : L’instinct de chasse chez l’Eurasier

Eurasia Shadow

Voici quelques eurasiers de mes portées